Le Fondateur de la Congrégation - un home laïque

Dans les actes du procès de béatification nous lisons: „Comme fondateur de la Congrégation des Soeurs Servantes de Marie Immaculée Edmund Bojanowski est un personnage exceptionnel dans l'histoire de l'Eglise catholique. N'étant ni religieux, ni prêtre, ni même séminariste, un simple laïque, sans voeux personnels et sans aucun engagement ecclésiastique ou canonique, il fonde cette congrégation religieuse féminine, lui indique ses buts et obtient l'approbation de la règle essentiellement selon son propre projet. Pendent 16 ans, c'est-à-dire à partir de la Pentecôte de 1855 - bien que la première association des Servantes de Marie (comme association des filles sans voeux/se soit déjà formée depuis 1850 - il guide cette Congrégation sans relâche et sans aucune déviation. Au début et pendant plus de dix ans, jusqu'à ce que la congrégation se stabilise, il accueille personnellement les candidates et décide de l'admission des novices à la profession" (p.54).

Le bienheureux Edmond Bojanowski naquit le 14 novembre 1814 à Grabonóg, près de Gostyń, au pied de la Rose Mystique de Święta Góra. Il fut l'apôtre laïque du peuple polonais. Il grandit dans une famille typique de propriétaires fonciers, d'une profonde religiosité et de tradition patriotique. De faible santé il employa au maximum ses talents et dons spirituels pour protéger les valeurs religieuses, patriotiques et humaines.

Il connaissait les besoins des hommes et c'est pourquoi, avec générosité, il a consacré sa vie aux enfants, aux malades et aux pauvres. En fondant le 3 mai 1850, comme laïc, la Congrégation des Soeurs Servantes de Marie Immaculée, il a incité beaucoup de jeunes filles à servir par amour. Il acheva sa vie pleine de dévouement le 7 août 1871 à Górka Duchowna, à l'ombre du sanctuaire de Notre Dame de Consolation. Le 13 juin 1999 à Varsovie le pape Jean II l'a proclamé bienheureux.

* * *

Ses amis nous permettent de connaître un peu mieux son attitude pleine de dévouement :

La bonté et l'amour caractérisait toute la vie de Bojanowski et c'est pourquoi Marceli Motty - moraliste de Poznań l'appelait „l'homme foncièrement bon" (Przechadzki po mieście, Poznań 1889, t.3, 575).

Son contemporain, le père Antoni Brzeziński écrivait de lui: „Des bonnes oeuvres faites dans le secret lui ont valu le nom de second saint Vincent de Paul, en raison de sa miséricorde envers les pauvres et des larges aumônes" (Wspomnienie o śp. E. Bojanowskim fundatorze Zgromadzenia Służebniczek Bogarodzicy Dziewicy Niepokalanej, Poznań 1872, p.4-5).

„Nous le voyions chaque année de sa vie sous les pluies d'hiver et dans la chaleur de l'été, se diriger tous les jours, presque sans force, vers la Sainte Montagne pour y écouter la Messe" (ibid,51).

„L'âme de Bojanowski rayonnait à nos yeux par son ardente prière; j'étais édifié en le voyant en prière à notre Sainte Montagne..." (ibid.59).

Le père Stanisław Gieburowski donne ce témoignage : „Toute sa vie est un unique fil d'amour, une constante attention à celui qui souffre, un oubli de soi, une constante miséricorde" (Wspomnienie, p.26).

Miss Taylor (fondatrice des Pauvres Servantes de Notre Dame à Londres) écrivit : „Un homme âgé aux cheveux gris, grand, très mince, avec un visage expressif et un regard pénétrant plein de sainteté, est entré dans la pièce... Il y a en lui une étonnante simplicité et une grande humilité, on voit que c'est un homme de profonde prière. Quel calme chez lui et quel équilibre!" (Muchowicz Wł. ks., Żywot Edmunda Bojanowskiego, Założyciela ochronek na ziemiach polskich i Zgromadzenia SS.Służebniczek B.R.D.N.P.),

„Tygodnik Katolicki" (nr 32 du 12 août 1871) écrivit : „Le 7 de ce mois s'est endormi dans le Seigneur l'un des plus pieux, des plus humbles, et des plus illustres catholiques de Wielkopolska, Edmund Bojanowski, le fondateur de la Congrégation des Soeurs Servantes de Marie Immaculée... il était l'exemple d'une piété modeste, d'une écoute pleine de douceur et de l'oubli de soi-même".

Le Charisme de la Congrégation

Les Soeurs Servantes de Marie Immaculée participent au charisme dont l'Esprit Saint a gratifié le fondateur - bienheureux Edmund Bojanowski - c'est le don particulier de servir les hommes dans la droiture de l'esprit et le désintéressement à l'exemple de Marie - Servante du Seigneur, toujours prête au service.

Nous considérons le service, surtout des enfants, des pauvres et des malades, comme notre fin principale. Servir le prochain constitue pour nous la réalisation de la mission que nous avons reçue de Dieu par l'intermédiaire de l'Église et de notre fondateur - bienheureux Edmund Bojanowski et en même temps la voie qui nous conduit à Dieu au service de qui nous nous sommes données. Notre Congrégation exerce son activité caritative et apostolique aussi bien en pays chrétiens qu'en pays de missions. Cette activité s'étend aux domaines suivantes:

a) éducation chrétienne et instruction des enfants, surtout des pauvres;

b) éducation religieuse de la jeunesse féminine et sa préparation aux responsabilités futures;

c) aide aux pauvres et aux malades;

d) service de l'Église, dans le cadre de ses besoins actuels et en conformité avec le caractère particulier de la Congrégation.

Par les voeux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance les soeurs se consacrent entièrement et exclusivement à Dieu. Dans la Congrégation les soeurs prononcent les voeux perpétuels précédés par les voeux temporaires. La profession temporaire dure habituellement six ans.

En vertu de leur profession toutes les soeurs ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ceux-ci sont déterminés dans les Constitutions rédigées dans l'esprit de la Règle que le Fondateur a laissée à la Congrégation. Comme signe de notre consécration à Dieu et de notre appartenance à la Congrégation nous portons toutes un modeste habit religieux.

La spiritualité de la Congrégation

La Congrégation des Soeurs Servantes réalise sa vocation dans la spiritualité mariale. Dans la vie du fondateur - bien. E.Bojanowski Marie occupait toujours une place spéciale. Il Lui a confié sa Congrégation. Ses paroles: „Voici la Servante du Seigneur..." montrent explicitement que le service est la valeur qui marque les Soeurs Servantes. Le service est la raison pour laquelle la Congrégation existe et par laquelle elle façonne sa spiritualité.

Il s'exprime dans le service personnellement accepté et vécu d'abord par le Fondateur et - à sa suite - par toutes les soeurs de la Congrégation. Dans le service toute la Congrégation et chaque soeur voit sa valeur personnelle. Le service a contribué à façonner une forme de la vie sociale comme la Congrégation des Soeurs Servantes.

Dans le chapitre „La spiritualité de la Congrégation" des Constitutions nous lisons: „Notre spiritualité est imprégnée de l'esprit de Marie, Servante du Seigneur. La Mère de Dieu est celle qui a le plus profondément pénétré le Mystère du Christ et vécu de sa vie. A l'appel de Dieu Elle a répondu avec simplicité: Voici la Servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu l'as dit".

Servante du Seigneur, Elle est en même temps Servante de tous les hommes; en hâte Elle se rend auprès d'Elisabeth; avec simplicité Elle intervient aux noces de Cana; avec courage Elle se tient au pied de la Croix où Elle nous reçoit comme ses enfants des bras de son Fils; avec confiance, en union avec les Apôtres, Elle prie pour l'Église au Cénacle. Et tout cela parce qu'Elle a cru à la Parole du Seigneur".

„Servantes de la Très Sainte Vierge Marie, comme Elle, par la contemplation quotidienne des Mystères du Christ et de sa vie, nous apprendrons a répondre à l'appel de Dieu qui nous invite à collaborer avec Lui à l'Oeuvre du Salut en servant les hommes".

La Congrégation célèbre sa fête patronale le 8 décembre, en la solennité de l'Immaculée Conception de Marie.

 
  • Pracuj dušou milujúcou Boha, pracuj rukami v službe biednym a chorým, akoby si slúžila samotnému Ježišovi. (List s. Filomene Gruszkovej, 29.08.1867)